Yamima Furoshiki est une installation performative improvisée in-situ, pour 2 performeurs japonais. Le public est invité à créer son propre Yokaï, et à recevoir en guise de contre don une performance de Haiku visuel et sonore. Les rencontres avec le public sont nos sources d'inspirations. Chaque don de Yokaï déclenche une improvisation. La performance s'achève avec une installation en direct des Yokaïs crées in-situ.
(Yokaï « esprit, fantôme, apparition étrange » : un type de créatures surnaturelles dans le folklore japonais).

Conception originale: Chiharu Mamiya
Co-réalisation : Delphine Lanson
Scénographie : Yvett Rotscheid
Avec : Yoko Higashi, Chiharu Mamiya
Co-production : Pôle Sud - Centre de Dévéloppement Chorégraphque en préfiguration / Strasbourg
Accueils en résidence : La Filature du Mazel / Valleraugues, Château de Monthelon / Montréal(Bourgogne), La Pratique / Vatan(Centre),
Soutenu par
DRAC Languedoc Roussillon, Région Languedoc Roussillon
Remerciement : Métaxu / Toulon, Mairie de Monoblet, Mobilehomme Théâtre / Vauvert, Camille Mouterde, Camille Grelier

 

16h-20h Yamima Furoshiki

Cie Elbissop

16h et 18h - Jinx 103 - 20 min

Cie Jozsef Trefeli

La danse et ses différents genres, est une seconde nature pour József Trefeli. En duo avec Gábor Varga, ces deux danseurs d’exception renouent avec leur origine commune, la Hongrie, pour revisiter au temps présent les danses traditionnelles hongroises, proche des anciens branles.

Parfois, on vient de loin pour se trouver un sol commun. C’est le cas de József Trefeli et Gábor Varga. Le premier est né en Australie et des expériences d’interprète qui l’ont mené sur différents fronts et styles en matière de spectacles dansés, il a choisi, de se consacrer à la danse contemporaine. En rencontrant Gábor Varga, talentueux danseur né en ex-URSS, comme lui issu de la diaspora hongroise, il l’invite à créer en duo JINX 103.

 

Concept,Chorégraphie : József Trefeli & Gábor Varga

Danse : József Trefeli & Gyula Cserepes

Musique : Frédérique Jarabo

http://www.jozseftrefeli.org

 

Compagnie József Trefeli à reçu du soutien pour ses créations et tournées de JINX 103 du :

DC Département de la Culture de la Ville de Genève

DIP Département de l'Instruction Publique de l'Etat de Genève

Corodis

La Loterie Romande

Prohelvetia Suisse, Johannesburg et Egypte

La Ville de Carouge

RESO Suisse & Fête de la Danse, Genève

La Compagnie József Trefeli a été sélectionnée pour participer à La Grande Scène 2014, plateforme nationale des Petites Scènes Ouvertes ainsi que Les Plateaux, et Région(s) en Scène(s) 2014, Journées de la Danse Contemporaine Suisse 2013 et Aerowaves 2013

 

JINX 103 József Trefeli & Gábor Varga photo Gregory Batardon

17h30 - Autour de F - 30 min

Cie D.A.R.D.

En nous ramenant aux origines de la civilisation contemporaine, ce solo-performance s’interroge sur une possible rupture avec les origines. Teddy bear ou corps brut, le danseur dessine sa voie hybride, d’où relire la mythologie et saisir ce qui fait fond au monde contemporain.

 

Chorégraphe et interprétation : David Drouard
Assistante à la chorégraphie : SAndra Savin
Conseil en dramaturgie : Florian Gaité
Conception design et plastique :  Frank Rezzak
Conception sonore :  François Caffenne
Conception lumières: Eric Soyer
Costumière: Anne de Vains
Opérateur lumières :  Camille Cotineau
Régisseur plateau : Simon Maurice

 


Productions :  D.A.R.D. cie
Remerciements aux résidences de création théâtre d’Eaubonne l’orange bleue, théâtre de Vanves et partenariats / Accueil avec le carré scène nationale de Chateau-Gontier

 

19h - ARLT - 40 min

 

Eloïse Decazes et Sing Sing forment le noyau de Arlt ; un des groupes les plus surpre-

nants et captivants de l’underground fran-
çais contemporain. Dans sa version la plus dépouillée , une guitare hirsute et deux voix (mâles et femelles) sous hypnose , suffisent
à produire un espace-temps très étrange et hantée ; à la fois doux et singulièrement sau- vage. La musique de Arlt : à la fois baroque et minimaliste, rappelle les anciens troubadours de France , les premiers enregistrements de Brigitte Fontaine, la country blues brouillée
par la distance géographique , le proto-rock des imaginaires pionniers, le minimalisme de Pascal Comelade , les mélodies médiévales de Moondog et les qualités des derviches d’un 78 tours de Rebetiko.

 

3 artistes, avec leur voix comme seul instrument, 3 machines pour enregistrer des séquences fabriquées en directe et les faire jouer en boucle, voilà l’univers de Trioskyzophony, ou quand la musique improvisée explore les tréfonds d’un Hip Hop transgenre.

Les séquences se construisent en totale improvisation, et le human beatbox se frotte aux chants, aux mur- mures et aux bruits ambiants. En fabricant cette musique complètement organique, rythmée par une énergie Hip Hop, Chamanique, inventée en direct, D’ de Kabal, Franco Mannara et Raphaël Otchakowski, s’ouvrent sur un monde inconnu, parfois oublié, la voix est un instrument riche, TRIOSKYZOPHONY nous le rappelle.»

 

avec

D’ de Kabal,

Franco Mannara

Raphaël Otchakowski

Son : Thierry Cohen

 

21h30 - Trioskyzophony - 40 min

 

20h - Conférences des parties, Concert - 40 min

Cie Kubilai Khan Investigations

 

18h30 - Démolition Absolue  - 20 min

Cie Kubilai Khan investigations

 

Démolition Absolue nous questionne sur l’égalité supposée de nos statuts et relit un mani- feste féministe écrit en 1920 à l’évolution de la place des uns et des autres, de la situation des groupes identifiés sous le nom de «minorités».

 

danse : Bi-Jia Yan,

Musique live : Marine Colard

Chorégraphie : Frank Micheletti

16h-01h - Constellations imaginaires

Vincent Bredif

 

Autour de F, David Drouard photo Jean-Louis Fernandez

Raphaël Otchakowski, Franco Mannara, D’ de Kabal photo Cyrille Choupas

La voleuse de cerise, Vincent Bredif

Je décide du nombre d’étoiles, des couleurs, en pen- sée, en rapport avec l’énergie, l’histoire, la géologie... C’est l’espace qui décide de la forme.Je suis. Je sculpte.

La circulation du vivant est essentielle à la vie de cette forme.Croire en une autre communication, une conscience de l’équilibre.

Vincent Bredif

 

Lena est l'un des pseudonymes de Mathias Delplanque, musicien nantais né à Ouagadougou au Burkina Faso. Il doit ce nom au personnage de Lena Grove dans le roman Light in August de William Faulkner.
La musique produite sous le nom de Lena est électronique et fortement influencée par le dub jamaïcain, auquel Mathias Delplanque emprunte la rythmique lancinante, la basse profonde et répétitive et la palette d'effets sonores.
Ses disques sont parus sur divers labels internationaux, dont Bruit Clair, son propre label fondé en 2009.

 

23h - Lena

Mathias Delplanque

 

SAMEDI 19 septembre

MICRO-COURANTS

TOUR ROYALE - 16h/01h

 

16h30 - Vincent Bredif / Kubilai Khan

 

17h - Pattern O - 15 min

Esse Vanderbruggen, Sheik Anorak

 

Photo Sem Brundu

21h - Cinéma pour les oreilles 2 :

Jordan Allard

 

Explorer de plus près les territoires sonores de l’espace urbain, espace de vie(s) où se glissent des correspondances de mondes. Capter les flux urbains par les oreilles, faire résonner une sensibilité particu- lière en éclairant les reliefs que produisent nos vies dans les villes, rechercher un phrasé urbain, une ponctuation particulière d’un environnement qui vous interpelle. Paysages sonores, musicalités, poésie et étrangeté qui ouvrent des perspectives inédites.

Photo Sem Brundu

21h15 - Formes publiques 1 - Kubilai Khan Investigations

Formes Publiques sont des interactions qui regardent le corps urbain dans lequel circule nos codes, stan- dards et normes. La ville traversée comme un atelier à ciel ouvert, l’espace public comme un champ de créations, comme un accès à des expériences à vivre en commun.

Apparaître, densifier, défaire et disparaître, inventer des manières de voir l’usage des corps qui nouent et dénouent singulier et collectif. Des formats qui ré- injectent de la diversité, de la transversalité dans la rencontre des arts, des lieux et des publics.
Formes Publiques produit des visions de la ville assemblée et révèle le sens public de l’espace public. Formes Publiques est unique, ne se repète jamais à l’identique.

 

Danse : Gabriela Cecena, Rolando Rocha, Sara Tan,Esse Vanderbruggen, Bi-Jia Yang

 

 

 

15h - Radio Ephémère

 

danse

musique

nouvelles scènes

photo : Matthieu Perret

 

Pattern0 propose un duo, propose un modèle rhythmique qui n'est rien de plus que la tentative de faire découvrir à l'esprit ce qui repose derrière la conclusion du son et de l'image. Un voyage du performer et du spectateur, là où l'esprit a besoin d'aller.

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME ÉDITION

2020