En partage avec le public, A U propose un récit artistique unique, nourri de deux parcours d’artistes chorégraphes, deux langages, deux héritages afin de composer un espace poétique inédit, un ‟ tiers paysage ” où ‟ la différence ” est un élément constitutif de ‟ l’identité ”.

Les lois de ‟ la nature de A U ” seront-elles exotiques ?

Comment des individus issus de cultures et de lieux différents peuvent-ils récréer un paysage commun dans lequel évoluer et perdurer ensemble ?

Que restera-t-il dans les mémoires collectives et culturelles ?

 

Au départ de la création A U, il y a la volonté du chorégraphe autrichien Christian Ubl et de la chorégraphe australienne Kylie Walters de travailler ensemble et d’interroger la notion d’altérité avec d’autres artistes, notamment le compositeur seb Martel et le paysagiste Gilles Clément.

 

Conception-Chorégraphie : Christian Ubl et Kylie Walters

Interprétation : Seb Martel, Christian Ubl et Kylie Walters

Musique : Seb Martel

Collaboration mise en scène/régie son : Fabienne Gras

Collaboration artistique/paysagiste : Gilles Clément

Création lumière : Jean-Bastien Nehr

 

14h - Musée d'Art - 40 min

A U

Christian Ubl - Cie Cube

Située dans une ville nouvelle, en région parisienne, la Cité des Pigeonniers abrite 322 appartements, 1.200 habitants. Habitée d’histoires de famille, d’amitiés et d’amours, de djobeurs exploités, de réussites qui font chaud au cœur, de colères ravageuses, de mômes qui dansent dans la lumière néon, de barbecues sur les toits des immeubles, la Cité des Pigeonniers, c’est la vie en très fort.

"Fabrication de la guerre civile" propose une archéologie sociale sous la forme d’une vaste fresque, sombre, poétique et romanesque, dans une cité fictive. Soit, l’exploration patiente, courant sur une année, des strates fragilisées et douloureuses d’une micro-société. Un petit monde, dense, poissé par la crise, la paupérisation exponentielle, les radicalisations antagonistes. Un monde qui entre en fusion à la lumière d’un projet de rénovation urbaine.
Sur scène, le texte s'incarne avec des voix multiples, une création sonore et plastique.

 

15h30 - Théâtre Liberté - 30 min

Fabrication de la guerre civile

Charles Robinson

Abandonner le « chef d’œuvre » Woyzeck pour revenir au fait divers.

« Un homme tue sa femme adultère avant de se donner la mort ».
Tragédie banale. Plonger dans l’intimité : un appartement, un couple, une femme enceinte, un homme perdu. L’arrivée du troisième, l’ami, l’amant, le bourreau. Chercher le moment de bascule, le glissement vers le sang. Le chercher dans les détails, faire parler les corps autant que les mots.
Ne pas avoir peur du ridicule, de la faiblesse, explorer le ratage, affronter la cruauté... en rire franchement, oser les larmes.
Entrer joyeusement dans la comédie absurde d’un développement tragique.

Trois acteurs, trois êtres cherchent... à la vue de témoins, d’invités.
Pas de « public » mais une assemblée, intégrée, prise à parti.
Un événement commun, partagé dans l’intimité jubilatoire de l’ici et maintenant.

 

Inspiré par Woyzeck de Georg Buchner
Une création collective dirigée par Jean- Baptiste Tur
Assisté par Nitya Peterschmitt
Avec : Clément Delpèrié, Thomas Delpèrié, Nolwenn Peterschmitt, Gabriel Tur

Scénographie : Alain Pinochet
Création lumière et régie générale : Valentin Paul
Musique originale : Thomas Delpèrié

 

20h - Lieu surprise - 50 min

Il était une fois un pauvre enfant

Collectif Zavtra

Blanc (2014) part d’une investigation sur le rituel, la transe et la transformation. Cherchant à délier les multiples couches qui composent le corps et l’individu de même que la lumière blanche se compose de toutes les couleurs, en les déployant comme un paysage. Le corps est traité tant dans sa condition matérielle et périssable que dans sa dimension utopique.

En partant de l’idée du corps comme un filtre, traversé par des flux d’énergies, d’histoires et de cultures ; se mouvant entre les strates d’un continuum qui va de la réalité à la fiction, du réel à l’imaginaire, du rationnel à l’irrationnel.

 

Corégraphie et interprétation : Vania Vaneau

Guitare: Simon Dijoud

Lumière: Johann Mahuet

Assistant: Jordi Galí

Regard Extérieur: Anna Massoni

 

16h30 - Musée d'Art - 30 min

Blanc

Vania Vaneau - Cie arrangement provisoire

Dans un monde qui aujourd'hui court après la performance, que cache l’icône ? Après quoi courent les sportifs ? Qu'est-ce qui se cache derrière l’héroïsme des Dieux du stade ? Quel goût laisse l'ébouriffante sensation d'avoir assisté à un événement exceptionnel ?

Dans la continuité du travail mené depuis deux ans avec la Chorale Parlement du festival Constellations, nous explorerons dans cette nouvelle édition la parole du commentateur sportif. Telle une partition de musique, les discours des commentateurs seront repris en fonction des voix, des hauteurs, des timbres et de la technique de chacun. Autour d'un principe de choralité, "le Tir Sacré" donnera lieu à une création vocale guidée par des unissons mais offrant autant d'éclats, marquant des moments de folie où le commentateur passe dans un autre monde...

 

LIRE L'APPEL A PARTICIPATION

17h20 - Théâtre Liberté - 15 min

Le Tir Sacré

Kubilai Khan investigations

Il n’y a pas d’époque heureuse. La souffrance est une laisse elle fait les chiens obéissants.
Essayons de déployer des hypothèses. Un karaté de la puce fictionnelle ?

Une hypothèse qui par exemple opère des liens souples – croiser, accrocher, relâcher – entre un masque de loup, une pioche, les i-slave des ateliers-monde, un catalogue de coups tordus, un ascenseur orbital, une phrase sans souffle.
Qu’est-ce qu’une telle hypothèse qui se donne au mouvement comme oscillation et langue détachée ?
Essayons. Déplier, plier, déployer les joies – drôles ou paisibles –, les formes de vie, les escapades et les raccourcis, camouflées dans nos entrailles et dans la multitude.
Il faudra à ce sujet écouter les humiliés et leurs ruses. Sachons peupler et habiter.
The Spleen scénarise un vaste périple et un artisanat d’infiltration dans les idées.

 

17h - Bibiliothèque du Musée d'Art - 30 min

The Spleen

Charles Robinson et Frank Micheletti

danse

musique

théâtre

nouvelles scènes

16h30 - Théâtre Liberté - 15 min

Des_nudo

Melva Olivas Durazo

Des_nudo est une performance qui met en evidence la construction et l'objetivation du corps selon le regard de l'autre, ainsi que sa position, les rols préetablis et les jeux du pouvoir.

Le premier élément qui apparait sur scène est la morbidité.

Un sujet du public est invité avec la seule consigne de tirer un fil jusqu'à déshabiller l'interprète.

L'objectif est que l'attention du spectateur soit dirigé d'abord sur l'interprète qui construit un discours à travers le corps et le mouvement, et ensuite se réoriente vers le sujet qui se rende compte de ce qu'il a fait et qu'il est devenu le centre de l'attention.

 

Chorégraphie et interpretation conception : Melva Olivas Durazo

14h et 15h - Bibliothèque du Musée d'Art - 45 min

Conférence des choses

Pierre Mifsud

 

Pierre Mifsud - sorte de Pécuchet contemporain - salue l’audience et, de lien en lien, de sujet en sujet, de rebond en rebond, du bison à la Reine Margot, de Descartes au bonbon Haribo, de Annie Hall à la Comète de Halley, ne s’arrête plus de parler jusqu’à ce qu’un minuteur ne l’arrête, entre une et huit heures plus tard.

« Conférence de choses » est une déambula- tion ludique au cœur du savoir encyclopédique participatif contemporain, révélant à la fois les vastes étendues qu’il recouvre et quelques-uns des improbables chemins qui le traversent. C’est également une incroyable performance d’acteur qui ne repose que sur l’essentiel : un comédien et un public dans un espace et un temps donné, sans effet, sans filet, sans tech- nique.

 

Avec : Pierre Mifsud
Conception : François Gremaud
Ecriture : François Gremaud Pierre Mifsud

 

 


 

15h - Musée d'Art - 15 min

Fantäsie 2

Speranza von Glück

 

 

 

Speranza von Glück est née le 1er janvier 1901 à Berlin, mais la méchanceté l'a plutôt bien conservée. Elle débute sa carrière dans les cabarets berlinois de la République de Weimar, mais est rapidement éclipsée par Marlene Dietrich.

Elle se fait piquer le rôle principal de Casablanca par Ingrid Bergman, son coiffeur par Dalida, et son mari par Kate Middleton. Elle va depuis d'échec en
échec.

15h et 16h - Théâtre Liberté - 30 min

Ça sent le sapin

Collectif Le Grand Cerf Bleu

Le Collectif Le Grand Cerf Bleu propose une performance autonome en lien avec leur prochaine création, Jusqu’ici tout va bien, prévue pour 2017.

Un parcours déambulatoire dans l’ambiance du réveillon de Noël réinventée pour l’occasion. On y croise les retardataires des dernières courses, des familles qui se retrouvent et peut-être même le père Noël...

 

LIRE L'APPEL A PARTICIPATION

 

18h30 - Musée d'Art - 30 min

Premier Podium

Kubilai Khan investigations

 

18h - 30 min

FABLES TOPIQUES (ou les Îles du voir)

Kubilai Khan investigations

 

17h - Théâtre Liberté - 20 min

Sidération

Kubilai Khan investigations

 

ATTENTION : Jauge limitée - réservations le jour meme à partir de 13h30 à la
bibliothèque du Musée

« Premier Podium » est un portrait qui va très vite et qui flashe sur l’intrépide double champion du monde de moto Raymond Roche et zoom à toute berzingue sur l'incroyable trajectoire de ce pilote de légende, qui va pour la première fois se retrouver de l’autre côté de la rampe, accompagné d’un boom sonique. Musique, danse et course de motos pour des pointes de vitesse annoncées à 340 km/h sur des anneaux de vertiges.

Que se passe t-il dans le corps et l'esprit quand on file à de telles vitesses ? Raymond le rapide remonte le fil de sa mémoire et nous dévoile les clés du moteur qui l'ont poussé sur les circuits à braver les dangers et la peur de la chute. Pour cette performance, il a accepté un nouveau pilotage sur scène, qui pousse caoutchoucs, métaux, fibres de carbone et machines extrêmes à de nouveaux dépassements.

Accrochez vous, attention aux collisions, quelque chose double, se dédouble : le corps prend une nouvelle posture. Départ moteur en route comme à l'ancienne pour filer la trame de l'odyssée de vitesse sur laquelle nos sociétés ne cessent de nous relancer.


Avec la participation de: Raymond Roche et d’une doublure

Création sonore : Marine Colard et Frank Micheletti

ATTENTION : Jauge limitée PAF 5 euros - infos et réservations par mail

publics@kubilai-khan-investigations.com

Cette expérience est un déplacement, un renversement de perspectives et donne à percevoir des espaces improbables.
Lieu pour se perdre et se laisser désorienter, face à une danse qui vous propose une connaissance par le contact, qui sculpte ce qui nous habite et nous incorpore dans ce même temps.
Le corps comme "peau de l’air" fait apparaître, désenveloppe et étend ce qui était enroulé.

DIMANCHE 18 SEPTEMBRE

ATMOSPHÈRE

MUSÉE D'ART /

THÉÂTRE LIBERTÉ

14h/21h

 

SAMEDI 17 SEPTEMBRE

MICRO-COURANTS

TOUR ROYALE

15h/01h

 

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME ÉDITION

2020