Leïla Ka

Se faire la belle

LeilaKa2.jpg
rocher.png

En chemise de nuit. Immaculée, d’un blanc qui éclabousse. Dans un noir épais, celui de la nuit, lieu des fantasmes, des ténèbres, du rêve, du lâcher prise.

 

Un corps en pleine pulsation, une tentative de révolte, de rébellion. Un increvable et indomptable désir, celui de liberté. Celui d’échapper aux carcans, d’en finir avec les injonctions, de faire craquer les coutures du conditionnement, de faire bouillir les assignations. 



Sur une scène nue, les coups pleuvent. Il y a à la fois celle qui les reçoit, semble vulnérable, et celle que rien n’arrête, insolente, dont le corps comme un lion en cage tente de se libérer. Sous un crescendo de basses, un corps qui crie haut et fort qu’il doit exulter à tout prix.

Sam. 17 septembre à 17h30
Durée 15'
Tour Royale
Casemates

Avenue de la Tour Royale

83000 Toulon


 

Leïla Ka

Leïla Ka débute son parcours par les danses urbaines qu’elle croise rapidement avec d’autres influences.
Après avoir travaillé en tant qu’interprète notamment pour Maguy Marin, ou elle découvre une théâtralité dansée qu’elle retiendra comme forme possible d’enrichissement de sa propre écriture, elle se lance dans la création de sa première pièce Pode ser.
Dans ce solo, primé 5 fois à l’international depuis sa création en 2018 et joué plus de 80 fois, elle flirte librement avec les danses urbaines, contemporaines et théâtre pour tenter d’illustrer la complexité et la difficulté d’être. Thème qu’elle reprend et traite à l’échelle de la communauté dans sa seconde pièce en duo, C’est toi qu’on adore.
En cours de création d'une troisième pièce, Se faire la belle, Leïla Ka est aujourd’hui artiste associée au Théâtre de l’Étoile du Nord à Paris, au CENTQUATREPARIS et est accompagnée par le réseau Tremplin – soutien aux chorégraphes émergents – jusqu’en 2024.

Dans la presse

« Autant à l’aise dans le hip-hop qu’en danse contemporaine, portée par un sens aiguisé du théâtre, Leïla Ka fusionne ses sources d’inspiration dans un désir de faire un spectacle total. Son nouvel opus en solo contient tout un programme qui se trouve résumé dans son titre : Se faire la belle. Par association d’idées, on rêve immédiatement de beauté insaisissable, de l’envie de se faire la malle et de conquête de soi. Avec déjà deux pièces à son actif, dont le solo Pode ser et le duo C’est toi qu’on adore, cette jeune chorégraphe entend mener un combat pour la liberté de se construire comme on le désire, aussi complexe soit la tâche. » Rosita Boisseau pour Télérama Sortir

 « Cet intitulé évoque l’évasion, la libération, l’envol mais aussi de la violence, comme quand on dit « se faire quelqu’un ». J’aime le contraste entre des énergies aérienne et terrienne. J’ai essayé de retranscrire ces diverses facettes dans ma danse, en créant un personnage qui est traversé par une myriade d’émotions. Il oscille entre désir de liberté, révolte, envie tout envoyer balader, mais revient sans cesse à la place qui lui a été assignée. »

Leila Ka interviewée par Belinda Mathieu pour le journal La Terrasse

© Martin Argyroglo 3.jpg
SefaireLaBelle_KaitadeSagazan.JPG
musee-performance-leila-ka1.png

Chorégraphie & interprétation Leïla Ka

Création lumière Laurent Fallot

Création sonore en cours

 

Soutiens & coproductions CCN de Nantes, Chorége CDCN, DRAC Pays de la Loire, Espace 1789 scène conventionnée, Le Gymnase CDCN, le 104 Paris, Les Hivernales CDCN, Les Quinconces-L’espal Scène nationale, Le Théâtre Scène nationale, Musique et danse en Loire Atlantique, Ramdam un centre d’art, Théâtre de St-Lyphard, Théâtre de Vanves scène conventionnée, Théâtre du Cormier, Tremplin réseaux grand ouest

Crédits photographies Kaita de Sagazan, Martin Argyroglo et Institut Giacometti