HEART OF

CONSTELLATIONS

SAM. 21 SEPTEMBRE

TOULON

15h>2h

 

entrée libre et gratuite

 

PROGRAMME
20.09/ TOUR ROYALE/ 20H30
Une première rencontre pour poser les intentions et échanger.


21.09/ TOUR ROYALE/ 11>13H et 14>15H
Atelier d’écriture libre
15>19H30
Parcours de spectacle en spectacle.
19H30
Satellites on air, participation aux radios publiques avec les textes choisis.

22.09/ ESAD/ 11>13H et 14>15H
Atelier d’écriture libre sur le festival
15>18H30
Parcours de spectacle en spectacle.
18H30
Satellites on air, participation aux radios publiques avec les textes choisis.

 

PEACEFUL DRUMS OF ECSTASY/CHARLES ROBINSON (FR)

ATELIER ÉCRITURE LIBRE

11H

 

Constellations vous propose un atelier d’écriture libre et de restitution radio sur le festival. Amoureux de l’écriture, critiques d’art en herbe, chroniqueurs rêvés, venez titiller votre imagination et votre créativité. Nourris par les spectacles et l’ambiance du festival, cet atelier propose une expérience immersive et participative.
Ce programme invite une poignée de festivaliers à arpenter le festival, écouter, observer, se nourrir.
Prendre des notes pendant que les cœurs battent.
Tous les matins, à mi-chemin entre conférence de presse et atelier d’écriture, le groupe débriefe, teste, jette sur le papier : écrit ce que c’est d’être là, au milieu de ces formes convoquées par Constellations.
Le samedi et le dimanche, en fin de journée : le groupe sélectionne parmi ses écrits et enregistre pour l’émission radio du festival.
Objectifs : être intensément présents, remercier pour tout ce bon et ce beau, vibrer en mots.
On tente ça ?
 

Cet atelier est sur inscription. Pour s’inscrire ou toutes autres informations, vous pouvez écrire à production@kubilai-khan-investigations.com.

Photographie Laurent Thurin-Nal

 

ATELIER AFRO-HOUSE GUMBA FIRE/KUBILAI KHAN INVESTIGATIONS

14>15H

Afro-House: un irrésistible courant de grooves et de positives énergies

L’histoire
La House Music a toujours pioché dans les sonorités africaines, on parlait alors de « Tribal House ». Généralement, il s’agissait de DJ européens qui sélectionnaient des chants traditionnels africains, puis en incluaient certains extraits dans leurs mix. Aujourd’hui, la scène Afro-House a ceci de différent qu’elle est conçue par des artistes africains et qu’il ne s’agit pas uniquement de samples. Ils créent des chansons, puis des danses, voire toute une culture autour.


Afro-House : quand l’Afrique booste les musiques électroniques.
Née en Afrique du Sud, l’Afro-house est apparue à la fin de l’apartheid dans les townships. Particulièrement populaire dans l’Afrique australe mais aussi en Angola ainsi qu’au Portugal, en France, elle s’invite peu à peu partout. C’est un savant mélange de basses profondes sur un fond de sonorité africaine. Issue de la rencontre des danses traditionnelles africaines et de la House Music américaine elle offre une alchimie parfaitement combinée entre les rythmes traditionnels et les rythmes House, Techno.
En découlent des danses aux multiples influences mais au style unique. Celles-ci reflètent les inspirations de la jeunesse des mégapoles africaines où se fabriquent une partie du futur des musiques électroniques : télescopage entre la House Music et le bouillonnant creuset des musiques africaines de danse: kuduro, ndombolo, azonto, zouglou, coupé-décalé, kizomba … qui ne cessent de générer de nouvelles danses et de nouveaux sons. À ses débuts, l’Afro-house a été très fortement influencée par le Pantsula, le Kwaito, danses qui ont grandi dans les townships sud-africains.


Une danse enfiévrée, joueuse & joyeuse
Nous vous proposons d’apprendre quelques pas de base mais surtout de vivre l’esprit qui anime cette culture dansée. Attrapez la saveur particulière, la sève originale, la fièvre qui va  faire monter en vous des spirales de joies et des énergies insoupçonnées !


Au fait "gumba fire" veut dire fête torride et fait allusion à "gumba gumba" qui désignent les DJ s qui diffusent les sons bouillants de l’Afro-House dans les townships !!!!

TOUR ROYALE / 15H>2H

Chorégraphie et interprétation Cindy Van Acker
Musique Mika Vainio

Photographie Olivier Oberson


Production de la performance Cie Greffe
La version intégrale de Knusa / Insert coins est une performance in situ qui se déroule dans l’espace de l’exposition « Insert Coins » de Christian Lutz.
Images Christian Lutz
Production de l’exposition Christian Lutz et Images Festival Vevey

KNUSA/CINDY VAN ACKER (CH)/DANSE/2016

15H

7-14'

 

"Déployée à un mètree à peine des visiteurs, accroupis autour d'elle, on a ressenti la plus infime pulsation et la belle radicalité. La même radicalité, sans doute, que celle décrite par son ami Mika Vainio, mort l'an passé : il disait de sa musique préférée qu'elle était celle du'ne fréquence continue à 50 hertz, soit le son de l'éléctricité dans son plus pur appareil."

Ève Beauvallet, Libération


"Au mur, des photographies prises à Las Vegas par Christian Lutz. Corps façonnés, fissurés, fracassés par l’industrie du jeu et du divertissement. Au centre des clichés, allongée par terre, Cindy Van Acker. Sur les pulsations électro de Mika Vainio s’engage une étreinte. Entre les images et la danse, le réalisme et l’abstraction. Dépassant l’illustration, la chorégraphie se fraie une voie ténue et intime au cœur de l’univers visuel. Gestes saccadés, postures écartelées, mouvements contradictoires : elle en extrait l’essence pour mieux prolonger ses récits. Entre violence et accalmie, ce sont la misère et la force de vie de ces fragiles papillons de nuit – pour lesquels les jeux ne sont peut-être pas encore faits – qui trouvent doublement à s’exposer. Dans une liaison sous tension, qui laisse sourdre l’émotion et craquèle le vernis de l’illusion."
Laurence Perez pour Sélection suisse en Avignon

 

www.ciegreffe.org

https://vimeo.com/325450705

Chorégraphie Cindy Van Acker en collaboration étroite avec l'interprète
Interprète Maya Masse
Musique Johann Sebastian Bach

Administration Cindy Janiaud

Diffusion Olivier Stora
Logistique et communication Dunja Stanic

 

Production  Cie Greffe

Coproduction  La Bâtie - Festival de Genève, ADC Genève
Soutien Fondation Stanley Thomas Johnson
La Compagnie Greffe bénéficie d’une convention de soutien conjoint de la Ville
de Genève, du Canton de Genève et de Pro Helvetia pour la période 2009-2020.

 

SHADOWPIECE/CINDY VAN ACKER (CH)/DANSE/2019

15H

7-14'

 

Shadowpieces est un projet au long cours, que Cindy Van Acker déploie entre décembre 2018 et septembre 2020, avec la création d'un corpus de 11 soli de 7 à 14’ pour extérieurs de plateaux. Chaque solo se construit autour de la relation unique et privilégiée qui s’établit entre la chorégraphe et son interprète, et la musique que ce dernier choisit parmi un "réservoir" pré-constitué. De chaque collaboration, chaque processus de travail, naît un "principe actif", qui sous-tend l’écriture du solo, et qui alimentera une prochaine création prévue pour l'automne 2020.

 

"Seule parmi les images je mesure l’espace, compte les colonnes, analyse la lumière, danse, Mika Vainio dans les oreilles. Dans les images, la densité d’un état de corps qui dépasse l’être. Fait exploser l’entendement, transperce les codes, manifeste l’urgence de survivre, défie l’humanité. Rencontre, étreinte de tous les éléments. (...) Mon corps se met en route en toute liberté, mue par une ambiance souterraine, un désir illicite. Libre par la sensation d’être clandestine de moi-même, de ce que je représente."
Cindy Van Acker

 

www.ciegreffe.org
 

Conception Frank Micheletti

Texte Charles Robinson

Interprètes Marine Colard, Nolwenn Peterschmitt, Esse Van Derbruggen, Stephanie Sliman, Killian Chapput ...

WAVES SPLASHING #3/ KUBILAI KHAN INVESTIGATIONS & CHARLES ROBINSON (FR)/PERFORMANCE/2019

15H30

40'

 

"Waves Splashing fonctionne avec des fragments de narration qui sont comme des pièges.
Ses vagues cherchent l’interrupteur qui va casser la communication.
Comment peut-on vendre ou acheter le ciel, la chaleur de la terre ? Si la fraîcheur de l’air et le murmure de l’eau ne nous appartiennent pas, comment peut-on les vendre ?
Une aiguille de pin qui scintille, un rivage où clapotent des vaguelettes, une légère brise composent une bande son réverbérante d’échos flottants de lointains imaginaires.
Mais l’Odyssée qui clapote ici fait parler des pierres nues, traverser des nuages; générant du doute.
Se pose alors sur les serviettes des baigneurs alanguis un trouble qui dessine une géographie hallucinée; un processus sorcier qui inverse les perspectives et nous fait basculer ailleurs.
Mare Nostrum n’est plus une piscine de maison et son littoral découpé et acéré révèle d’inquiétantes destinées."

Frank Micheletti

LES MODULABLES/JOANNE LEIGHTON (FR)/DANSE/2004-19

15H45

5x 10'

 

Entre spectacle, installation et déambulation, Les Modulables est une série de pièces courtes créées et adaptées pour un lieu performatif. D’une durée de 3 à 15 minutes, les pièces qui composent Les Modulables ont chacune une thématique propre. Elles peuvent être combinées selon un principe de modularité pour ainsi former une œuvre à part entière.

Ces pièces modulaires, par leur légèreté technique et leur adaptabilité aux différents espaces, sont idéales pour diffuser la vision de la danse de Joanne Leighton : privilégier une relation de proximité entre le public et les interprètes.

 

http://www.wldn.fr/

https://vimeo.com/198567812

Chorégraphie Joanne Leighton

Interprètes Lauren Bolze, Marion Carriau

Musique Peter Crosbie

Production WLDN

Coproduction Centre National de la Danse de Pantin, Le Rive Gauche, Saint-Etienne du Rouvray, Scène conventionnée pour la danse CCNFCB, CFWB

Idée originale, chorégraphie et danse Gábor Varga & József Trefeli

Musique Frédérique Jarabo

Fabrication des masques Christophe Kiss

Costumes Kata Tóth

Photographie Gregory Batardon

Spécialiste en danses traditionnelles des Carpates Kristóf Fundák

 

Soutiens  Département de la Culture de la Ville de Genève, Loterie Romande, Pro Helvetia, Commune de Lancy, Schweizerische Interpretengenossenschaft SIG, Migros Pour-cent Culturel, Corodis, Republic et Canton de Genève

Co-productions et résidences ADC / association pour la danse contemporaine, ADC Studios,Genève CH; Le CND, un centre d’art pour la danse, Pantin FR; Arsenic – centre d’art scénique contemporain - Lausanne CH; Kaserne Basel CH; CCN - Ballet de Lorraine, Nancy FR; Migrations, Pays de Galles UK

Résidences la Briqueterie CDC du Val-de-Marne FR; Tanzhaus Zurich CH

Autres partenaires MEG Musée d'Ethnographie de Genève, CH; CCN Rillieux-la-Pape – direction Yuval Pick, FR,  Label Bobine Genève

CREATURE/JÒZSEF TREFELI & GÁBOR VARGA(CH)/DANSE/2018

17H

35'

 

"Gabor Varga et Jozsef Trefeli sont à leur façon athlétique des archéologues du geste. (...) Voyez leur métamorphose. Ils s’avancent l’un contre l’autre, comme deux cerfs, coiffés d’un heaume, la cime d’un arbre dirait-on, ou la cheminée d’une yourte. Un orage sourd se mêle alors à une volée de cloches. (...) À cet instant là, vous diriez deux grands oiseaux préhistoriques. Creature est un cérémonial, une rixe de frères orgueilleux, un coup de bâton dans la fourmillière du cartésianisme."

Alexandre Demidoff, Le Temps

 

Après le succès de leur première collaboration, JINX 103, qui tissait des liens entre danse contemporaine et danse traditionnelle hongroise, Trefeli et Varga replongent dans leur héritage commun. Ils s'inspirent de plusieurs danses traditionnelles hongroises et roumaines des Carpates. Creature propose quelque chose de nouveau avec de l’ancien. En effet, la réanimation de la danse traditionnelle et sa déconstruction sont au cœur du processus de travail. Grâce à son accessibilité pour le public, la danse traditionnelle peut se combiner avec des mouvements contemporains et se déplacer dans un contexte actuel.

 

Creature est lauréat du Prix Suisse de la Danse 2017 dans la catégorie de « création actuelle » .

 

Un projet en coopération avec l’ADC-Genève, ADN Neuchâtel, Arsenic Lausanne, Dampfzentrale Bern, éviDanse, Kaserne Basel, Théâtre Les Halles de Sierre et Zürcher Theater Spektakel Zürich, dans le cadre de fonds des programmateurs / Reso - Réseau Danse Suisse. Avec le soutien de Pro Helvetia, Ernst Göhner Stiftung

 

https://jozseftrefeli.org/

https://vimeo.com/138389694

Conception et interprétation Flora Détraz
Lumières Arthur Gueydan
Collaboration artistique Anaïs Dumaine
Photographie Pablo Lopez

 

Production Production PLI
Coproductions Materiais Diversos (Pt) / PACT-Zollverein (De)/ MA scène nationale, Montbéliard (Fr) / Relais culturel de Falaise (Fr)/ CCN de Caen en Normandie (Fr)
Mise à disposition de studio Ramdam, un centre d’art (FR), Alktantara (PT) / Espacio Azala (ES)
Tutuguri a reçu le soutien financier de la DRAC Normandie, de l’institut Français du Portugal et de la Fundation Gulbenkian

TUTUGURI/FLORA DÉTRAZ (FR/PT)/DANSE/2018

18H

45'

 

"Prêtresse-oracle ou statue-totem aux cheveux dressés sur la tête et aux paupières et paumes bleues électriques, Flora Détraz tient le tout avec une belle présence. Oiseau intriguant, elle s'inscrit par cette première création comme la petite soeur d'un Volmir Cordeiro ou d'une Marlène Monteiro Freitas, avec son goût certain pour la métamorphose, pour jouer avec la plasticité du corps et de la voix et l'appétit de forger des créatures difficiles à cerner."

Marie Pons, Mouvement

 

Tutuguri, c’est voir et entendre une danse. Ici, les cordes vocales et le corps sont mis en jeu.
De ce corps vocal émane tout un éventail de sons : chant, chuchotis, bribes de conversations, bruits d’animaux, cris de nourrissons ou cliquetis d’aliens. Les sonorités glissent et se heurtent à la gestuelle.
Parfois l’audible correspond au visible, parfois, au contraire, ils se télescopent, se décalent, produisent des assemblages inattendus et déroutants. Le corps se transforme en un réceptacle, en un refuge accueillant quantité d’êtres, d’identités et d’histoires.
Tutuguri, c’est un être qui aurait englouti des mondes.
Flora Détraz

 

http://www.compagniepli.org/

https://vimeo.com/155664407

Conception et interprétation Ana Rita Teodoro

Photographie Nuno Figueira

 

Coproduction Théâtre de Vanves

Avec le soutien de Fundação Calouste Gulbenkian, CND (Centre National pour  la Danse, Pantin) et Espaço do Tempo (Montemor-o-Novo, Portugal)

FANTÔME MÉCHANT/ANA RITA TEODORO (PT)/DANSE/2013

18H30 PART 1 / 20'

19H30 PART 2 / 25'

 

"Elle garde littéralement la face quand elle entame un chant étalé avec un grand sourire et un visage impassible : « La marionnette du ventriloque est souvent comparée à une voix intérieure, celle qui dit ce que la personne pense tout bas. Dans les chansons populaires, les paroles sont aussi une façon de se révolter discrètement, l’une d’elles raconte comment cacher son amant dans le placard » explique t-elle. Alors, Ana Rita Teodoro, derrière ses mimiques, son corps disloqué comme un tableau cubiste, une voix hors du temps qui sort de son ventre et passe entre ses dents serrées, rend hommage aux petites victoires quotidiennes de ces femmes portugaises."

Léa Poiret, Mouvement

 

L’ombre d’un pays ne quitte pas son corps. Présente mais ignorée, cette ombre est partie intégrante du sujet et de son identité culturelle. Ana Rita Teodoro crée une série de tableaux vivants. Images fixes où la chanson émerge, d’une voix déplacée de sa bouche. Fantôme Méchant tente de comprendre, par la danse et la réactivation des chansons traditionnelles portugaises, les fantômes qui nous hantent aujourd’hui. Les appeler, écouter leurs voix et par les moyens de dissociation, chercher la transgression.

 

https://parasita.hotglue.me/?Ana%20Rita%20Teodoro/

https://vimeo.com/246250478

Création textile Aurore Thibout
Interprétation Kaori Ito
Musique (clarinette) Benoit Bottex
Photographie Tadzio

 

LE FIL DU VIVANT/AURORE THIBOUT & KAORI ITO (FR & JP)

19H

30'

 

« Kaori Ito danse la vie, le végétal, l’animal, l’atmosphère. Femme insecte, femme arbre… Notre rencontre est un de ces cadeaux qui jalonnent notre chemin et le remplit de poésie
et de passions. »

Aurore Thibout


« La Villa Kujoyama m’a permis de partager des expériences privilégiées avec des artistes à Kyoto. Sumiko Oé-Gottini m’a présenté Aurore Thibout, ce fut une très belle rencontre et
nous collaborons fidèlement depuis. Aurore est plus japonaise que moi, elle est soigneuse et sensible. Ses vêtements sont délicats et universellement beaux. J’ai un grand plaisir à danser avec ses créations qui ont une histoire et portent une dramaturgie. Les vêtements font sens quand ils sont habités par quelqu’un. Ils me font danser et m’ancrent dans le sol comme si je retournais dans mon pays. »

Kaori Ito

 

https://www.kaoriito.com/

www.aurorethibout.com

SATELLITES ON AIR #2/CONSTELLATIONS & RADIO ACTIVE

19H30

 

Radio Active & Constellations vous proposent des entretiens sur les toits la nuit, des balades et des échappées dans la ville en suivant l’allure et les pas de côté des artistes invités du festival. Retrouvez les aussi pendant les émissions en direct depuis les lieux de Constellations . « Satellite On Air « avec Radio Active sur 100 FM.

 

Pour écouter les émissions enregistrées l’an dernier, rendez-vous ici :
https://soundcloud.com/user-407109850

Photographie DR

CABO DELGADO "MATAPATA"/IDIO CHICHAVA & MATCHUME ZANGO (FR) DANSE/2019

20H

15'

 

La province de Cabo Delgado, dans le nord du pays, est la cible d'attaques
armées depuis octobre 2017, qui n'ont pas encore été revendiquées. Les
attaques ont déjà tué au moins deux cents personnes, dont certaines ont été
décapitées, des milliers de personnes déplacées et des centaines de
maisons incendiées.

 

 

Danse Idio Chichava

Musique Matchume Zango

Conception et direction Rudi van der Merwe
Interprétation Oyama Mbopa, Rudi van der Merwe
Costumes Kata Tóth, Rudi van der Merwe
Vidéo Erika Irmler, Floreanne Schneuwly, Rudi van der Merwe
Administration Pâquis Production - Laure Chapel
Diffusion BravoBravo - Gabor Varga

 

Production SkreeWolf
Co-production ADC de Genève, le théâtre du Grütli
Soutiens Pro Helvetia (en cours)

LOVERS, DOGS AND RAINBOWS/RUDI VAN DER MERWE (CH)/DANSE/2018

20H30

40'

 

Lovers, Dogs and Rainbows est un projet de film documentaire et de performance sur l’héritage et l’identité, et la co-existence parfois violente entre des cultures, des genres et des formes de vie. Cherchant à placer son histoire personnelle dans un contexte socio-politique plus large, le projet est une tentative de faire le bilan sur le pour et le contre de l’éducation qu’il a reçue et sur ce qu’il en reste vingt ans plus tard en revisitant les gens et les lieux de sa jeunesse.

Avec ce projet j’essaierai d’arriver au point zéro de ma blanchitude calviniste, de mettre à nu comment je fonctionne, de parler de la violence que j’ai vue et de l’influence que cela a eu sur mon propre comportement. Qu’ai-je vu ? Qu’ai-je vécu ? La violence est monnaie courante en Afrique du Sud, c’est une chose que nous partageons parmi tous les groupes.
La famille de mon père est installée à Calvinia depuis des générations. Mon grand-père a été une figure importante dans la communauté et a inculqué un modèle de la masculinité et du patriarcat à mon père en face duquel il ne pouvait jamais être à la hauteur. Ma conversation avec mon père est aussi une conversation avec le modèle de patriarcat blanc qui a défini l’apartheid.
(...)
Placé sur scène comme une mise en abyme, le personnage de Rosie van Doorn n’est pas mon alter égo, elle est plutôt une allégorie du réveil politique, sexuel, social et autre. Les situations évoquées sur scène jouent avec l’attente, des idées reçues et des souvenirs personnels. Le but est de subvertir le paysage intérieur sudafricain, de pirater notre programmation collective, de nous regarder sous un angle différent.

Rudi van der Merwe

 

www.rudivandermerwe.com

https://vimeo.com/336975728

Conception et interprétation Frank Micheletti, Idio Chichava, Macthume Zango et Jean-Loup Faurat


 

LA FABRICATION D'UN MOTIF/INTERACTIONS MONDAINES (FR/MZ)

21H30

30'

 

Sur la piste d’une petite anthropologie visuelle & sonore, un essai d’approche de ce qui constitue l’invention d’une tradition; la fabrication d’un motif.
Une installation comme une petite exploration qui combine des films Super 8 d’archives ethnographiques et des enregistrements de terrains réalisés entre 1956 et 1958 dans les provinces du Nord du Mozambique durant la période coloniale portugaise avec nos présences en parallèles et en temps réel comme danseurs et musiciens.
Notre intention est légère et joueuse, elle est d’offrir d’improbables ricochets à ces temps recouverts et de relancer le grain et l’ondulation hypnotique qu’offre ces scènes étonnantes.
Images altérées qui rajoutent un charme indéniable, nous remonterons à contre courant les archives.
Espérant ne pas être piégés dans un primitivisme contemporain, notre petit groupe va chercher des associations, des branchements, des connexions temporelles, géographiques, esthétiques et culturelles, où se devinent et se ressentent les effets et successions entre les époques, les aires géographiques et les turbulences de nos histoires communes.
Un petit traité des interruptions merveilleuses car la danse et la musique sont des formes de «petite magie».

Frank Micheletti

Conception Frank Micheletti
Interprétation Marine Colard, Nolwenn Peterschmitt, Stéphanie Sliman, Charles Robinson

 

Production Kubilai Khan Investigations

 

HAPPY STAND #1/KUBILAI KHAN INVESTIGATIONS (FR)

22H

10'

 

« Je n’aime pas les gens qui se réchauffent avec des espoirs creux »
Simone Weil le disait ainsi …   

"Sans effets de voix, quelques paroles ventriloques en roue libre.
C’est simple, ça ressemble à un stand up.
Un laboratoire des phénomènes que nous sommes.
Un imaginaire dévergondé, déployé pour un règlement en plusieurs fois, plusieurs échéances. Pas de petites coupures.
Le salarié pressé en morceau du capital. L’individu qui part en fumée, pas de coupe-feu pour les incendies du moi.

Happy Stand pour faire défiler les corps de la démocratie qui s’effilochent.
Le tout emballé & coiffé d’une certaine ironie, cocotte minute sans diminution de pression. Il faut savoir mettre sa vie sur avance rapide pour être au top.
Le présent est la chose la plus difficile à vivre, c’est un tourbillon, c’est un gouffre. Avant que tout accroche et que l’on foute tout en l’air.
On a perdu le contrôle de notre véhicule. On va vers la taule froissée, la gaufre assurée. Si le capitalisme est une religion ? Il s’agit alors de la plus féroce des religions car elle ne connaît pas l’expiation.
"
Frank Micheletti

TROPICAL BASS PARTY/QUILOMBO DO FUTURO

22>23H

 

« Que mes phrases sonnent le français ou le papou c’est exactement ce dont je me fous »  Antonin Artaud

Hydrausaure, calao à cimier, boa émeraude, ara macao, crapaud doré, paresseux à trois doigts, quetzal, papillon morpho bleu couvrent la forêt d’une polyphonie ondulante et bruissante.
Attirées par l’abondance de fruits, de graines et de feuilles, tout ce joli monde enchante les oreilles d’un envoûtement sonore. Un bal à dormir debout.
Hypnotique, chatoyant & multicolore, ce jardin tropical vous attend avec ses faiseurs de sons & pousse-disques pour d’inouïs voyages sonores.
Attention territoires magiques, munissez vous de gris-gris !
Ça va remuer…

 

WAVES/CAILLOU MICHAEL VARLET (FR)

22H30

10' (en boucle)

 

Caillou Michael Varlet vous propose sur les murs extérieurs de la Tour Royale une projection vidéo Mapping, ode à la mer et au mouvements de ses créatures. Moment de poésie et de contemplation au milieu de l'agitation festivalière, venez goûter à la magie guérisseuse des baleines, dauphins, orques et autres raies manta.

 

http://www.cie-enlight.art/

https://www.facebook.com/cieweneedit/

Conception Caillou Michael Varlet
Photographie Christian Varlet

DJ SET AFRICAN SOUL POWER/YAGUARA (FR)

23>00H

 

African Soul Power va faire monter d’un cran la température de nos corps.
La musique pour franchir allègrement les fuseaux horaires et donner du vent à ses talons. Un bal qui nous emmène de l’Afrique de l’Ouest en Afrique australe ; circulant depuis les tumultueuses mégapoles de Kinshasa et Lagos jusqu’aux townships de Johannesburg en traversant le Mozambique, l’Ouganda, le Zimbabwe.
Cet envol des musiques électroniques qui aujourd’hui ne cessent d’inventer des genres nouveaux dévoile une carte aux trésors où s’inventent de nouvelles formes des musiques électroniques et se trament de fertiles dialogues entre passé, présent et futur.
L’Afrique du Sud dans sa version locale de la house music qui était mise en lumière à ses débuts sous le nom de Kwaito se démultiplie aujourd’hui sous différents noms comme par exemple le Gqom (house minimaliste de Durban) ou le Shangaan électro qui affole les bpm en montant à plus de 180 pulsations par minute, mais aussi le Guzu, mix euphorisant entre musiques traditionnelles, house des townships et hip hop.
Tout cela swingue entre sonorités organiques et rythmes électroniques.

https://www.facebook.com/Yaguara

DJ SET/DJ LAG (ZA)

00>2H

 

Il est celui grâce à qui le Gqom, qui cartonne depuis plusieurs années en Afrique du Sud et tout spécialement à Durban, a quitté les recoins ombreux de l’underground pour se propager plus loin, sous les néons des clubs et des festivals du monde entier. DJ LAG est pionnier d’un genre qui s’est d’abord répandu, nous dit-il…grâce au taxi de la ville de Durban. « Le Gqom s’est répandu en Afrique du Sud parce que les chauffeurs de taxi et les mini-bus jouaient beaucoup cette musique. Mon cousin en a un, je lui filais des cassettes remplies de sons Gqom ! »

 

Ancien danseur et producteur d’avant-garde, DJ Lag, pour qui le Gqom est passé, en quelques années, « de l’underground au mainstream » (« on y a ajouté des mélodies, c’est devenu plus accessible »), nous parle de l’origine et des contours d’un genre qu’on a du mal à prononcer, mais qu’on n'a aucun mal, pour le coup, à écouter très fort dans une voiture ou ailleurs, comme si l’on se trouvait, nous aussi, coincés dans des embouteillages, un vendredi 19h à Durban…

 

 

https://www.facebook.com/realdjlag/

https://www.instagram.com/realdjlag/

https://www.youtube.com/watch?v=9ycr4BI8I94

Entretien sur Ravio Nova

https://soundcloud.com/laradionova/intw-dj-lag-net

 

 

 

GASPARD KUENTZ & CÉDRIC DUPIRE (FR)/FILMS

 

KINGS OF THE WIND & ELECTRIC QUEENS 56' / 2014

 

projections à 17H et 22H


KINGS OF THE WIND AND ELECTRIC QUEENS
La foire de Sonepur, dans l’état du Bihar (Inde orientale) s’ouvre tous les ans le jour sacré de pleine lune du Kartik Purnima. Éléphants, oiseaux, chevaux ou chameaux s’échangent depuis des millénaires dans ce marché, le plus vaste en Asie dans son genre. Mobilisant tous les forains de cet état réputé pour son indomptabilité, c’est le lieu d’expression par excellence de la culture populaire bihari.
Les personnages de Kings of the Wind & Electric Queens en sont les dépositaires. Comme les différentes figures d’un jeu de tarot, ils sont les visages emblématiques de la foire : le Cavalier, l’Exorciste, la Danseuse, le Stuntman ou le Mahut (dresseur d’éléphant). Chacun va se donner en représentation, sur la vaste scène de la foire, pour le plaisir de spectateurs d’un jour, foule de pèlerins en extase, à la recherche de frissons et de signes de la fortune.

 

https://vimeo.com/85826806

UZU/GASPARD KUENTZ (FR)/FILM/2016

projections à 17H et 22H

27'

 

"Structurant son film à la manière d’un thriller, intensifiant sans cesse le suspense par accumulation d’indices flous issus de plans serrés sur les activités fébriles, mais mystérieuses des participants, réservant son seul plan d’ensemble pour la révélation finale de leurs desseins, Kuentz parvient ici à nous hypnotiser complètement."

Olivier Thibodeau, Panorama Cinéma

 

Chaque année se déroule dans la ville de Matsuyama, sur l’île de Shikoku, le Festival d’Automne de Dogo, l’un des festivals religieux les plus violents du Japon. De la préparation méticuleuse à la joute, c’est avant tout une plongée immersive dans une cérémonie mystérieuse et absconse dont rend compte Gaspard Kuentz. Alternant les points de vue extérieurs ou distants – tel le contre-champ de femmes penchées au balcon pour observer – et la perspective d’une caméra embarquée et subjective, entrelaçant au silence le tumulte de la transe collective, Uzu bâtit le récit immersif d’un événement et ménage la tension requise à l’évocation de l’assaut, brutal. Entre ethnographie visuelle et reportage de guerre, une chorégraphie sensorielle imprégnée de violence, dans la soumission au chef.

https://vimeo.com/131752589

 

RED COYOTE THERAPY AKA LOUIS PONSOLLE (FR)/COSTUMES

 

Artiste plasticien et performeur autodidacte, Red Coyote Therapy aka Louis Ponsolle aime dessiner et bricoler des choses. Il reconnait être fasciné depuis toujours par la nature et les animaux.  Amateur de free party, il avoue des influences très éclectiques qui vont de l’art religieux au tatouage, de la culture queer à l’art brut. Pour approcher de ces "mythologies personnelles", il utilise différents médiums : écriture, photographie, couture, sculpture, collage et performance. Red Coyote Therapy va habiller les performances de Kubilai Khan Investigations pendant le Festival Constellations.
Vous pourrez retrouver les costumes, à l’occasion de Satellites of dance, La fabrication d’un motif et La vie passe diablement vite.

 

https://www.facebook.com/Red-Coyote-Therapy-1150887188372845/

Photographie Diane Barbier